Cerca

Vatican News
Photo illustration  ( Photo Archive ) Photo illustration ( Photo Archive )  

22ème journée nationale de prière pour la paix en Côte d’Ivoire

Les chrétiens ivoiriens ont célébré jeudi 15 novembre 2018, la 22ème journée nationale de prière pour la paix en Côte d’Ivoire en la paroisse Saint-Esprit de Mockeyville dans le diocèse de Grand-Bassam.

Service Français-Afrique – Cité du Vatican

Le peuple ivoirien est invité au rassemblement, à la réconciliation et à la prière. C’est le cœur du message du Père Charles Olidjo Siwa, secrétaire exécutif national de la commission nationale justice et paix et de la pastorale des prisons, message prononcé dans son homélie au cours de la célébration eucharistique à l’occasion de la 22ème journée nationale de prière pour la paix. La messe a été présidée par l’évêque de Grand-Bassam, Mgr Raymond Ahoua, en présence d’autorités politiques, administratives et de nombreux fidèles venus prier pour qu’advienne la paix dans le pays.

L’amour des ennemis n’est pas une faiblesse

Dans son homélie le père Charles Olidjo Siwa a invité les Ivoiriens à s’attacher à l’idéal de la Paix et à aimer leurs ennemis. Ce qui n’est pas une faiblesse ni une capitulation mais une force. C’est la condition sans laquelle une paix véritable ne peut s’installer entre les hommes et les peuples. « 22 ans après l’avoir institué, cette journée ne semble pas encore avoir eu l’effet escompté dans le vécu des Ivoiriens », a affirmé le Père Olidjo. Il a donc exhorté les ivoiriens et ivoiriennes à s’interroger sur la qualité de leurs prières : « si un peuple de croyants, comme le nôtre, demande à travers ses prières ferventes, la paix pour son pays, et que ces prières semblent ne pas être entendues par Dieu, nous devons sereinement nous poser la question de savoir si cette prière est bonne. » Le Dieu de Jésus-Christ, a-t-il poursuivi, n’exaucera jamais la prière qu’on lui adresse pour la mort de nos ennemis et la destruction de nos adversaires politiques.

Placer l’intérêt de la nation au-dessus des intérêts personnels

S’adressant à toutes les composantes du peuple ivoirien, le Père Olidjo les a appelées à la réconciliation autour des valeurs prônées par l’hymne national, l’Abidjanaise. La classe politique ivoirienne est alors invitée au dialogue fraternel, à placer l’intérêt supérieur de la nation bien au-dessus des intérêts personnels et partisanes. Le président de république Alassane Ouattara doit user de tous les moyens à sa disposition pour rassembler dans la communion et le dialogue tous les fils et filles de la Côte d’Ivoire, a souligné le Père Olidjo.
La journée nationale de prière pour la paix en Côte d’Ivoire a été précédée d’une neuvaine de prière pour la paix. Elle a été également été précédée de la première assemblée générale ordinaire de la commission nationale justice et paix.

La paix pour le développement harmonieux et durable de la Côte d’Ivoire

La journée nationale de la paix a été instituée en 1996 par le décret n°96-205 du 7 mars 1996. La date du 15 novembre a été ajoutée depuis lors au calendrier des jours fériés du pays. La 22eme édition nationale couplée avec le planting d’arbre à DABOU a eu pour thème : La paix pour le développement harmonieux et durable de la Côte d’Ivoire. En instituant cette journée, l’Etat de Côte d’Ivoire veut inscrire durablement la culture de la paix dans le quotidien de chaque citoyen. À l’occasion de cette journée, l’Église catholique en Côte d’Ivoire, à travers sa Commission épiscopale justice et paix, se réunit pour prier et livrer un message de paix et de réconciliation.
 

16 novembre 2018, 18:07