Version Béta

Cerca

Vatican News
Mgr Edmond Djitangar, dans une rencontre d'orientations pastorales Mgr Edmond Djitangar, dans une rencontre d'orientations pastorales 

Tchad : Rencontre de concertation et d’orientations pastorales dans l’archidiocèse de N’Djamena

Il s’est tenu du 27 au 28 septembre 2018 à N’Djamena, une rencontre de concertation et d’orientations pastorales des curés, vicaires territoriaux et aumôniers de l’archidiocèse de N’Djamena autour d’ordinaire du lieu, Mgr Edmond Djitangar.

Français-Afrique – Cité du Vatican

La rencontre organisée autour de l’archevêque avait pour objectif de déterminer les directives pastorales afin de lancer, dans une vision commune, l’année pastorale 2018-2019.

Ce sont plus de 28 prêtres, religieux et diocésains exerçant dans l’archidiocèse de N’Djamena qui ont participé à cette réunion de concertation d’où devaient émaner les grandes directives pastorales touchant à la vie du presbytère, de l’organisation pastorale, de la gestion financière, de la liturgie.

Après le mot de circonstance de l’archevêque, la rencontre s’est déroulée par la prise de parole des responsables de chaque paroisse et vicariat territorial. Il a été constaté, dans l’ensemble, les difficultés liées à certaines pratiques liturgiques, aux inadéquations des gestes, paroles et musiques liturgiques, aux pratiques des sacramentaux,  etc. Toutes ces difficultés trouvent leur explications d’une part dans la méconnaissance des pratiques religieuses par les fidèles et d’autre part dans l’esprit d’évaluer par captation et imitation aveugle au sein de l’Église. D’où la nécessité de former les fidèles.

Prenant la parole à son tour, Mgr Djitangar a insisté sur l’importance de la liturgie, la redynamisation des structures paroissiales en vue d’une pastorale d’ensemble et de garantir la continuité du ministère pastoral. Il s’agit, pour Mgr Djitangar, de repréciser l’importance de la liturgie comme une activité fondamentale de l’Eglise en prière. D’où l’idée de soigner la liturgie depuis sa préparation avec les différents acteurs de la célébration d’une part, et la préparation de l’homélie d’autre part. Si l’un de tout premier document du Concile Vatican II porte sur la liturgie, a-t-il indiqué, ce n’est pas fortuit. Par conséquent, il faut former, catéchiser les différents acteurs d’animation liturgique afin d’harmoniser les célébrations pour favoriser et entrainer la prière commune.

Quant à la redynamisation des structures paroissiales, l’Archevêque de N’Djamena a recommandé aux curés et vicaires territoriaux d’organiser et d’ordonner les archives pour garantir la continuité du ministère pastoral. Pour lui, il faudrait aussi continuer à catéchiser le peuple de Dieu afin d’avancer comme une seule Eglise confessant la même foi et partageant les mêmes joies et peines.

Les questions des aumôneries des mouvements d’action catholique et des différentes institutions de l’Eglise ont en outre été abordées.  A ce sujet, Mgr Djitangar a rappelé que les aumôneries étaient des assistants spirituels que l’évêque envoie auprès des mouvements, associations, institutions afin de les accompagner et donner un souffle spirituel.

03 octobre 2018, 18:00