Version Béta

Cerca

Vatican News
Mgr Joseph ATANGA, SJ, Archevêque de Bertoua/Cameroun Mgr Joseph ATANGA, SJ, Archevêque de Bertoua/Cameroun 

Synode : Mgr Joseph Atanga, SJ, évoque les défis des jeunes du Cameroun

L’archevêque de Bertoua au Cameroun Mgr Joseph Atanga, dans un entretien avec Vaticannews, a parlé des jeunes qui doivent avoir leur place dans l’Église.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Cité du Vatican

Participant à la XVe Session de l’Assemblée du Synode des évêques sur les jeunes, l’archevêque de Bertoua, au Cameroun a affirmé que les jeunes étaient des membres à part entière de l’Eglise. Et selon lui, ce qui émerge déjà dans les échanges du Synode, c’est notamment que l’Eglise doit écouter les jeunes, avoir un regard particulier sur eux, les accompagner. « C’est dans ce sens que nous sommes ici pour voir comment, ensemble comme Église, nous devons prendre à bras le corps les problèmes qu’affrontent les jeunes. Comme Église, nous pouvons les aider à être à leur place dans notre Église. Nous continuons à croire que les jeunes ont leur place, nous devrions leur faire savoir qu’ils ont leur place et la leur donner effectivement », a affirmé l’archevêque de Bertoua.

Situation particulière des jeunes du Cameroun

Les problèmes qu’affrontent les  jeunes camerounais dépendent d’une région à une autre, selon Mgr Atanga. « Dans ma région, l’est du Cameroun,  qui est une zone des plus pauvres du pays, les jeunes font face au problème d’analphabétisme et de pauvreté. Ainsi, l’une de nos préoccupations est l’éducation des jeunes. Il faudrait faire voir à leurs parents que c’est important d’envoyer les enfants à l’école », a-t-il estimé. L’archevêque de Bertoua a en outre affirmé que si les jeunes sont membres à part entière de l’Église, ils doivent se sentir à l’aise, et l’une des manières de leur permettre de se sentir à l’aise, c’est de leur donner une éducation. « Qu’ils soient alphabétisés pour qu’ils puissent s’exprimer, et puissent dire ce qu’ils pensent. Car, s’ils ne sont pas alphabétisés, ils ne peuvent pas s’exprimer. S’exprimer seulement en langues maternelles les isole des autres jeunes ».

Les jeunes peuvent compter sur l’Eglise

« Nous avons besoin des jeunes et les jeunes ont besoin de l’Eglise. Donc nous devons travailler ensemble, pour vraiment constituer une Église-famille. Nous parlons beaucoup d’Église famille. Dans une famille, il y a un père, une mère et des enfants. Chacun doit être à sa place. Et si chacun est à sa place, on peut constituer une famille harmonieuse, unie, qui travaille ensemble, qui regarde vers une même direction, celle du Christ », a soutenu Mgr Atanga.

Les jeunes camerounais sont engagés dans l’Eglise

Pour le jésuite, Mgr Atanga, les jeunes sont très engagés au Cameroun, même si dans les grandes villes, il y a des problèmes liés au chômage et à la pauvreté. Il faut encourager ces jeunes à continuer dans cet engagement. « La jeunesse est vivante en Afrique, au Cameroun et je crois que c’est la même chose dans tous les pays africains. Les jeunes sont très vivants et nous avons besoin de ce dynamisme, de cet enthousiasme pour que notre Église puisse être une Église qui trouve sa place dans le concert des Eglises », a déclaré l’archevêque de Bertoua.

Entretien de Mgr Joseph Atanga, SJ, avec Jean-Pierre Bodjoko, SJ
05 octobre 2018, 19:45