Version Béta

Cerca

Vatican News
Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani/RDC (Photo: JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani/RDC (Photo: JP Bodjoko, SJ/Vaticannews) 

Synode : Les jeunes voudraient avoir de l’emploi pour se réaliser pleinement, estime Mgr Marcel Utembi Tapa

L’archevêque de Kisangani et Président de la Conférence épiscopale nationale de son pays, la République démocratique du Congo, Mgr Marcel Utembi Tapa parle notamment de la vie associative des jeunes dans l’Eglise, de leurs problèmes, et des vocations qui foisonnent dans le pays.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ – Cité du Vatican

« La population congolaise est composée de jeunes de manière majoritaire, on les retrouve le plus souvent dans les institutions d’enseignements primaires, secondaires et universitaires, aussi dans le monde professionnel. Les jeunes constituent l’espoir pour l’Eglise et pour la société», affirme Mgr Utembi. La jeunesse congolaise exprime le besoin de vivre en paix et de voir ses aspirations évoluer normalement, à l’image de la jeunesse d’autres cieux, soutient l’archevêque de Kisangani. « Au terme de leurs études et de leurs formations, les jeunes voudraient avoir de l’emploi pour se réaliser pleinement. Les jeunes de la République démocratique du Congo connaissent des défis aussi bien dans le secteur de la formation de qualité, que dans celui de l’emploi ».

Les jeunes chrétiens en République démocratique du Congo

L’Eglise de ce pays regorge une pléthore de mouvements et associations des jeunes de différents âges, selon Mgr Utembi. En guise d’exemple, il cite les groupes Kizito-Anuarite, les Bilenge ya mwinda, l’Association des scouts catholiques. Pour lui, l’Eglise congolaise offre beaucoup d’espaces aux jeunes, pour leur permettre de se réaliser dans la pastorale juvénile.

Comment les jeunes congolais affrontent-ils les crises politiques et économiques que traversent le pays

« Ces différentes crises sont réelles, et les jeunes attendent de l’Eglise une implication personnelle, en terme de plaidoyer, de cadres à offrir pour qu’ils puissent trouver du travail. Au niveau de nos diocèses, il y a des services qui sont organisés et pour lesquels ils voudraient être présents, afin de prendre une part active à la vie de l’Eglise, à l’édification de leurs communautés chrétiennes », indique l’archevêque de Kisangani. 

L’engagement des jeunes dans les mouvements citoyens

Mgr Utembi fait savoir que les débats à la rencontre du Synode des évêques sur les jeunes portent également sur l’engagement social et politique des jeunes, dans le cadre de la promotion de la justice, de la promotion des droits humains. Il estime que la politique et  le social font partie de la vocation professionnelle à laquelle les jeunes aspirent aujourd’hui. « C’est très important que ces jeunes puissent aussi donner leur contribution, en terme de voix, faire élever leur voix vers les gouvernants, pour que ces derniers puissent réaliser qu’ils attendent d’eux un changement, un cadre qui leur permettent de se construire pleinement dans le cadre professionnel, de l’engagement social, de la promotion du bien commun, de la justice et de la paix », explique Mgr Utembi.

La situation des vocations en République démocratique du Congo

« Nous pouvons bénir le Seigneur dans la mesure où dans la plupart de nos diocèses, les jeunes aspirent au sacerdoce, à la vie consacrée, et aussi sous d’autres formes de vies. C’est un défi en même temps », affirme le premier responsable de l’archidiocèse de Kisangani. Pour Mgr Utembi, le défi demeure, il faudrait donc aider les jeunes à faire un bon discernement de l’appel qu’ils ont reçu de Dieu. « Au niveau de ce synode, nous avons beaucoup insisté sur le rôle de l’accompagnement dans le discernement de la jeunesse. En fait, Dieu appelle tout le monde et chacun à jouer un rôle particulier dans la communauté. Mais cet appel est souvent diffus, et c’est une dynamique pour laquelle on a besoin d’un accompagnement, celui d’un aîné. C’est la raison pour laquelle nous avons levé l’option de pouvoir être très disponible et de nous outiller dans le cadre du renforcement des capacités, afin que nous puissions être de bons accompagnateurs des jeunes. Cet accompagnement n’est pas l’apanage des personnes consacrées, mais il y a aussi des laïcs leaders des groupes, des responsables qui ont besoin de cette formation pour pouvoir mieux accompagner les jeunes sous leur direction », a-t-il dit.

Message à la jeunesse congolaise

« Chers jeunes de la République démocratique du Congo, l’Eglise vous aime. Nous passons ce moment avec le Saint-Père qui ne cesse de clamer tout haut que l’Eglise vous aime et qu’elle a besoin de vous. Et nous aussi, en esprit de communion avec lui, nous vous disons, l’Eglise-Famille de Dieu qui est en République démocratique du Congo  vous aime, et elle attend de vous un engagement sérieux pour assumer vos responsabilités, au sein des différents services qui sont organisés dans cette même Eglise », a lancé le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Entretien de Mgr Marcel Utembi avec Jean-Pierre Bodjoko, SJ
17 octobre 2018, 19:15