Version Béta

Cerca

Vatican News
2018.10.24 CÔTE D’IVOIRE : LES PARTICIPANTS A LA SESSION DE MIICA-PAX ROMANA 2018.10.24 CÔTE D’IVOIRE : LES PARTICIPANTS A LA SESSION DE MIICA-PAX ROMANA 

MIICA-Pax Romana : Le professionnel catholique et la citoyenneté en Afrique

Fin jeudi 18 octobre 2018 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, de la session spéciale régionale du mouvement international des intellectuels catholiques d’Afrique, MIICA - Pax Romana.

Service Français-Afrique – Cité du Vatican

Réunis au Centre diocésain Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face de Bingerville dans l’archidiocèse d’Abidjan, le mouvement international des intellectuels catholique d’Afrique a tenu sa session spéciale régionale sur le thème : « Le professionnel catholique et la citoyenneté en Afrique aujourd’hui ». La session a rassemblé 17 fédérations nationales de MIICA - Pax Romana venues d’Afrique, des Etats-Unis, de la France, de la Belgique et du Royaume-Uni, pour se pencher sur la question fondamentale de la Citoyenneté en Afrique aujourd’hui.

Changer le visage du continent déformé par de nombreuses crises

« Nos pays sont saturés par des paroles vaines, il est temps de les restaurer par des actions fortes », a exhorté le Père Jean Sinsin Bayo, prêtre du diocèse de Man et aumônier des cadres catholiques de la Côte d’Ivoire, dans son homélie au cours de la messe de clôture. Il a donc invité les participants à changer le visage du continent déformé par de nombreuses crises sociopolitiques, mais également à être des sentinelles du Christ dans une Afrique menacée par la montée du fétichisme chrétien et du paganisme. Ainsi, ils doivent apporter une réponse sans peur. Les situant sur leur responsabilités, le Père Bayo a appelé les membres de la MIICA - Pax Romana, à œuvrer pour le développement de l’Afrique et pour sa croissance spirituelle. De ces résolutions prises lors de cette session, le mouvement des intellectuels et professionnels catholiques d’Afrique, affiche sa volonté de restructurer son organisation pour s’adapter et faire face aux nombreux défis du monde présent sur le continent africain.

L’exemple de Madagascar

Le Père Fridole Norbert Ravahatra, aumônier du mouvement chrétien des cadres et professionnels catholiques de Madagascar, MCCP, espère tirer pour son pays des ressources additionnelles lors de cette session. La Grande Ile fait face à des problèmes liés, à la citoyenneté. A Madagascar, des laïcs chrétiens font parties du cercle politique et de la société civile. La plupart d’entre eux ont bénéficié de formations chrétiennes catholique. « Mais la véritable question qui se pose est de savoir pourquoi ces leaders, une fois dans les organes de décisions de leurs pays, n’arrivent pas à influer les différents programmes de leurs pays respectifs. »

Etre des signes de Dieu au cœur de l’Afrique

Lors la messe d’ouverture de cette session, Mgr Alexis Touably Youlo, évêque du diocèse d’Agboville, administrateur apostolique de Yamoussoukro a exhorté, les membres du mouvement international des intellectuels catholiques d’Afrique, à être des signes de Dieu au cœur de l’Afrique, dans les milieux professionnels et intellectuels, tout en étant différents des autres. Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture, le père Lucas Marabeze, chargé d’affaires de la nonciature apostolique en Côte d’Ivoire a, quant à lui, invité à redécouvrir la vocation de chrétien créatif, à avoir le courage de vivre comme un signe de contradiction.

Le mouvement international des intellectuels catholiques d’Afrique

Organisation Internationale non gouvernementale d’inspiration catholique, le mouvement international des intellectuels catholiques d’Afrique, fait partie du Mouvement International des Intellectuels Catholique. Fondé officiellement en 1947, à Rome en Italie, le MIIC-Pax Romana naît des membres du Mouvement International des Etudiants Catholiques qui, une fois leurs études achevées, entrent dans le monde du travail. Individuellement ou rassemblés en groupes, ou encore en associations, ils œuvrent pour la protection et la promotion des droits de l’homme, dans un esprit de solidarité avec les pauvres et avec les minorités et pour le dialogue interreligieux visant à promouvoir le respect réciproque.
Avec 58.000 membres, le Mouvement est présent dans 51 pays dont 10 en Afrique, 8 en Amérique du Sud, 8 en Asie, 23 en Europe, 2 en Amérique du Nord.
 

24 octobre 2018, 19:00