Version Béta

Cerca

Vatican News
2018.10.24 CAMEROUN: MGR SAMUEL KLEDA (PHOTO ARCHIVE) 2018.10.24 CAMEROUN: MGR SAMUEL KLEDA (PHOTO ARCHIVE) 

Mgr Samuel Kleda s’interroge après l’élection au Cameroun

Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala et président de la conférence épiscopale du Cameroun, a donné son point de vue par rapport à l’élection présidentielle qui a vu la victoire du président sortant, Paul Biya.

Service Français-Afrique – Cité du Vatican


Au cours d’une conférence de presse, mardi 23 octobre 2018, Mgr Samuel Kleda a estimé qu’au vu des résultats de l’élection présidentielle et au regard du déploiement des éléments des Forces de l’Ordre dans certaines villes telles que Douala, des questions méritent d’être posées.
Paul Biya a été réélu lundi pour un septième mandat avec 71,28% des suffrages, alors que l’opposant Maurice Kamto, qui arrive deuxième avec 14,23% des voix, parle de faux chiffres officiels et revendique la victoire.
Le président de la Conférence Episcopale du Cameroun, émet des réserves quant à l’avenir sociopolitique du Cameroun :

“ Cette élection m’a amené à des interrogations. Si je prends le cas de l’Extrême Nord, dire que ces gens qui souffrent presque chaque année ont voté à 89% pour ceux qui les dirigent actuellement, cela me pose sérieusement problème! Je regarde aussi la zone anglophone où les pourcentages en faveur du parti au pouvoir sont très élevés. Au moment où on n’a pas pu faire campagne dans ces deux régions, d’où viennent ces pourcentages? Ça veut dire que tous les problèmes que nous cherchions à résoudre avant l’élection seront là et ne trouveront pas de solutions. ”


L’Archevêque de Douala a par ailleurs déclaré que le grand déploiement de l’armée traduisait un malaise que le pouvoir en place devrait regarder. Il estime que l’insatisfaction du candidat malheureux, Maurice Kamto, devrait être prise en compte. Mgr Kleda a enfin préconisé la révision consensuelle du code électoral avant la tenue en 2019 des élections législatives et municipales, ainsi que la mise en place totale de la décentralisation.

Pour sa part, le Cardinal Christian Tumi, Archevêque émérite de Douala, s’est exprimé sur l’issue de ce scrutin :

“ Je dirais une et une seule chose : acceptons tout comme la volonté de Dieu car personne n’exerce une autorité sur terre qui ne soit pas de Dieu. Ceux qui nous gouvernent rendront compte à Dieu de la manière dont ils nous auront gouvernés. Donc, il ne faut pas que nous créions des problèmes pour eux. Il faut que nous acceptions en attendant une autre occasion de choisir une autre personne au cas où celle qui sera proclamée ne nous convient pas. ”

Pour l’heure, les fidèles du Cameroun remercient la Très Sainte Vierge Marie pour la paix sociale préservée avant, pendant et après cette élection.

24 octobre 2018, 18:15