Version Béta

Cerca

Vatican News
Cardinal Désiré TSARAHAZANA, archevêque de Toamasina, Madagascar Cardinal Désiré TSARAHAZANA, archevêque de Toamasina, Madagascar 

Le Cardinal malgache Désiré Tsarahazana voudrait être la Voix des sans voix

L’archevêque de Toamasina, Désiré Tsarahazana, un des cardinaux créés par le Saint-Père le jeudi 28 juin 2018, est conscient de la responsabilité qui est dorénavant la sienne dans son pays.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ et Françoise Niamien – Cité du Vatican

Il a des allures timides, avec une démarche calme. Mais ses idées sont claires comme évêque et maintenant comme cardinal. C’est par surprise, comme d’ailleurs beaucoup de ceux qui l’ont été avant lui, qu’il a appris que le pape François faisait de lui cardinal.

« Je venais de faire ma visite pastorale, j’ai baptisé 165 personnes. Il me fallait faire une bonne sieste, car j’étais fatigué. Et voilà que quelqu’un m’appelle de Tananarive, me félicitant que suis nommé cardinal », raconte-t-il. La première réaction était que ce n’était pas du tout sérieux. Plusieurs appels téléphoniques l’obligent alors à appeler le Nonce apostolique à Madagascar qui ne raccrochait pas. « C’est finalement après une heure que Monseigneur le Nonce, dit-il, me confirme, rigolant, que c’était bien confirmé sa nomination comme cardinal. L’archevêque de Toamasina a affirmé qu’il avait alors passé une nuit blanche, après la confirmation de sa nomination comme cardinal. Mais, avec le recul et avec le soutien des gens, leur joie et leur réconfort, a-t-il reconnu, je suis là pour le consistoire.

L’archevêque de Toamasina s’est aussi étonné qu’après sa nomination, des gens de différentes confessions religieuses, des différents partis politique, après des messages de félicitation, lui ont fait part de leurs préoccupations pour l’avenir de notre pays. Il sent ainsi une responsabilité qui va au-delà de la seule Eglise catholique. « Je sens une mission de rassembleur, pour réconforter les malgaches afin qu’ils aient un peu plus d’espoir dans l’avenir. « Les gens attendent de moi beaucoup de choses. Je me demande comment je vais répondre à toutes ces attentes, à tous ces nombreux désirs », a déclaré le Cardinal Tsarahazana.

Madagascar a son originalité

Le Cardinal Tsarahazana soutient que son cardinalat est une grande reconnaissance de la part du Saint-Père. Il estime aussi que son pays, le Madagascar a son originalité. Une originalité qui s’explique en partie du fait que Madagascar est un pays riche mais la population vit dans la misère, « nous sommes parmi les pays les plus pauvres du monde », a clamé le Cardinal Tsarahazana.

Parlant de son archidiocèse, il a reconnu de grandes difficultés dus au manque d’infrastructures, de routes. Ce qui rend le travail pastoral difficile. C’est ainsi qu’il estime que la création d’une station radiophonique l’aiderait à atteindre facilement ses fidèles.

“ L’Eglise est l’unique institution fiable pour de nombreux malgaches ”

Nous faisons, malgré la situation socio-économique difficile, ce que nous pouvons pour faire apporter le changement, pour faire progresser notre pays. Le nouveau cardinal malgache a en outre reconnu que l’Eglise Catholique était pour le moment la seule institution crédible pour les gens. C’est elle qui est en mesure de dire les choses telles qu’elles sont. Les gens regardent l’Eglise pour tout ce qu’elle fait du point de vue éducation, santé, et comptent beaucoup sur l’Eglise.  « Parfois on taxe l’Eglise d’être contre le gouvernement. C’est qui est sûr , est que l’on dénonce ce qui ne va pas, et ce qui est bien, on félicite », a soutenu le Cardinal Tsarahazana qui a rappelé sa devise épiscopal : « Ne te laisse pas vaincre par le mal sois vainqueur du mal par le bien ». Et de conclure que, quoi qu’il arrive on essaie toujours de vivre l’Evangile d’instaurer la joie et la paix à Madagascar.

Entretien du Cardinal Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina, à Madagascar, avec Jean-Pierre Bodjoko, SJ

Photogallery

Cardinal Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina, à Madagascar
29 juin 2018, 09:56